Le langage du silence chez Sohrab Sepehrî et Arthur Rimbaud

Type de document: Original Article

Auteurs

Université Shahid Beheshti

Résumé

Témoins de l’insuffisance et des limites de la langue, Sohrab Sepehrî et Arthur Rimbaud évoquent le silence qui impose son rythme et semble même maîtriser la langue. Ils instaurent dans leurs poèmes des blancs significatifs: pauses, points de suspension, tirets et ellipses qui marquent l’indicible.
De fait, ce sont deux alchimistes du silence qui n’ont jamais cessé de chercher, tout au long de leur œuvre, le silence sur fond duquel se dégage toute parole et auquel ils semblent vouloir concéder une voix. Or, le silence vitalise leur style par la discontinuité des mots, l'inachèvement des images et le caractère elliptique des vers.

Mots clés