La traduction des connotations culturelles: entre préservation de l’Etranger et acclimatation

Type de document: Original Article

Auteur

Université Lille-Nord

Résumé

Cet article se propose d’étudier la présence de l’Etranger/l’Autre dans les désignateurs culturels, car si le traducteur est un passeur de mots, c’est aussi un passeur de culture, le fait culturel étant « le propre de l’Autre […] qui fait partie intégrante du texte » (Cordonnier). A l’aide d’un corpus moderne composé de nouvelles et de romans  anglais et américains du XXe siècle, je tente de voir comment les traducteurs opèrent pour faire passer la culture de l’Autre, sachant que celle-ci est souvent implicite et peut s’appréhender sous l’angle des connotations, puisque, si l’on en croit Martinet, « […] la culture n’est pas dans les dénotations, mais dans les connotations ». J’examine les problèmes que pose l’importation des connotations culturelles anglophones en français ainsi que les stratégies mises en œuvre par les traducteurs lorsqu’ils y sont confrontés, en tentant de dégager les facteurs qui orientent vers la préservation de l’étranger ou son acclimatation et ce que cela révèle du rapport dialogique entre les  deux langues-cultures en contact.
 
 

Mots clés