Le roman familial et la reconstruction identitaire chez Annie Ernaux

Type de document: Original Article

Auteurs

Université de Téhéran

Résumé

Le terme ‘‘Roman familial’’ désigne à la fois un fantasme et un travail de reconstruction de l’histoire d’un sujet. Mais le roman familial ne peut être analysé uniquement que comme l’activité fantasmatique d’un sujet. L’intégralité de son sens doit être appréhendée en référence à l’histoire de l’individu et de sa famille qui le produisent.
Le présent article basé sur l’étude de la fonction de la rêverie sur le modèle du roman familial dans le récit autobiographique tel qu’il est pratiqué par Annie Ernaux, analyse cette forme d’imagination non écrite, dans l’ordre purement psychique qui se présente comme un roman d’avant la lettre ou une fiction à l’état naissant chez la romancière-enfant. L’analyse nous conduira dans un deuxième temps à montrer en quoi un changement de classe chez Ernaux entraîne des conflits psychologiques qui provoquent dans son cas des conflits intérieurs. Ces conflits se caractérisent en particulier par le développement d’une activité fantasmatique, sur le modèle du roman familial, chez la romancière- enfant, qui constitue un mécanisme de défense contre l’infériorité sociale et un moyen privilégié censé reconstruire son identité.
 
 

Mots clés